Chaque saison a une prédominance climatique. Le vent correspond au printemps, la chaleur à l’été, l’humidité à la fin de l’été, la sécheresse à l’automne et le froid à l’hiver.

Un excès ou une insuffisance de climat dans une saison peut perturber l’énergie de notre corps. Pour les Chinois, l’homme est l’intermédiaire entre le ciel et la terre et donc soumis directement aux influences des énergies climatiques.

Un rhume ou « coup de froid » est en médecine chinoise, un vent froid qui pénètre dans le corps par la bouche, le nez, la peau, les poils. Une grippe correspond un vent de chaleur. La chaleur est une caractéristique yang. Elle peut consumer rapidement  les liquides du corps (et nous sommes composés à 80% d’eau).

Face à ces menaces d’attaques de perversités externes il convient de préparer le corps aux grands changements climatiques que sont notamment l’hiver et le printemps. Notre corps dispose d’une énergie de défense et si  l’énergie est forte, l’équilibre sera vite rétablit après lutte entre énergie saine et énergie dite « perverse ».

Nous pouvons renforcer l’énergie saine par la phytothérapie, l’acupuncture, ou toutes autres méthodes. Mais il faut avant tout respecter les règles que nous impose la nature à savoir une alimentation qui correspond à la saison ainsi qu’une bonne hygiène de vie.

L’alimentation actuelle consiste à privilégier les saveurs acide, douce et amer afin de fortifier l’énergie du poumon et nourrir doucement les liquides du corps. Les fruits sont les bienvenues avec la poire qui favorise la gorge, la banane, le raisin, le pomelo, le citron, la pomme. On privilégie aussi les céréales telles que le riz et le blé que l’on pourra préparer sous forme de gruaux. On consomme des graines ou huile de sésame, viandes de porc, de poulet, de canard, lait de soja, épinards, carottes,  noix.

Pour stimuler l’énergie du poumon on prendra des aliments de saveur amère telle que  l’endive, le poivron, la courge, courgette, chicorée, laitue, scarole, céleri. Par contre, on évitera pour le moment les aliments trop épicés  ou piquant qui risquent de disperser l’énergie du poumon et d’accentuer la sécheresse.